Quartier des Curiosités

Des critiques cinématographiques et littéraires, des tests de jeux, de la musique, des nipponeries. Bref, un joli concentré de curiosités !


Avé César, hommage et critique d'Hollywood ?

Publié par Lys Sombreciel sur 23 Février 2016, 13:55pm

Catégories : #Cinéma

Avé César, hommage et critique d'Hollywood ?

Avé César (Hail Caesar ! dans la version originale) est sorti le 17 février sur nos écrans français et a été réalisé par les célèbres frères Coen. Le film relate la journée d'un employé des studios hollywoodiens : Eddie Mannix (joué par Josh Brolin) dont le travail est de gérer tous les acteurs. Mais c'est sans compter l'enlèvement de la superstar Baird Whitlock (incarné par George Clooney) par un mystérieux groupe nommé The Future (traduisez l'avenir).

Le filme s'ouvre sur des images du Christ avant de nous montrer Eddie en train de se confesser à 4h du matin. Première ébauche du portrait d'un homme très attaché aux valeurs chrétiennes.. On le verra plus tard, s'en voulant pour avoir fumé quelques cigarettes en cachette et être arrivé en retard au souper chez lui.
Son travail lui demande beaucoup de temps et d'efforts pourtant on voit clairement qu'il tient à cet emploi en le défendant auprès de Cuddahy (Ian Blackman) qui souhaite lui offrir un autre emploi.
Mannix est le pilier central du film. En effet, de nombreuses scènes s'enchaînent sans qu'on voit spécialement le rapport entre elles. Leur seul point commun : Mannix. Un flot assez dense en somme, et par conséquent beaucoup de noms et de personnages, pas évident de s'y retrouver. La mise en abyme est évidente, et nombreux sont les plans qui filment un écran de cinéma où Mannix regarde les extraits de films en préparation. Plusieurs genres sont présentés : western, péplum, film aquatique, comédie musicale, adaptation de théâtre ...
Tous n'ont cependant pas la même importance, le péplum Hail Caesar est montré plus souvent que les autres par exemple. La construction du film est donc assez particulière (au risque de perdre quelques spectateurs ...) et peut se résumer à assemblage de sketchs introduisant différents personnages.

Channing Tatum incarne ici un acteur de comédie musicale

Channing Tatum incarne ici un acteur de comédie musicale

Baird Whitlock d'abord, un acteur talentueux que tout le monde s'arrache mais qui semble complètement détaché de la réalité. En témoigne sa réaction après son enlèvement, il se croit convié à une réunion avec des scénaristes communistes. Il ne cherche pas à s'échapper mais commence à débattre avec les écrivains sur l'hégémonie du capitalisme incarnée par Hollywood et Capitol Pictures, la société qui produit Hail Caesar. Cela donne donc lieu à des dialogues quasi invraisemblables et très drôles. La suite de cette partie sur les communistes s'avère plus drôle encore quand on découvre l'initiateur de ce petit groupe ... Clooney campe parfaitement ce rôle de la superstar hollywoodienne qui tente d'expliquer la thèse communiste à Mannix, dont la réaction montrera un certain cynisme des frères Coen.
Côté western, on retrouve autre star, Hobie Doyle
(Alden Ehrenreich) roi des cascades en tout genre mais incapable de véritablement jouer. Alors quand il se retrouve sur le plateau de "Dansons gaiement" adapté d'une pièce de théâtre et dirigé par le bien nommé Laurence Laurentz (Ralph Fiennes), on sait immédiatement que ça va mal se finir. Puis vient une scène hilarante où le réalisateur essaie d'apprendre à prononcer correctement une réplique au jeune acteur. Pourtant, bien qu'on nous le présente au premier abord comme un parfait abruti on verra plus tard qu'il est plutôt malin et plein de bonne volonté pour bien faire. Il permet aussi de dévoiler deux genres de cinéma totalement opposés.
S'en suit une chorégraphie aquatique quasi psychédélique où les Coen nous montrent tous leurs talents de cinéastes. Au centre de celle-ci une belle sirène blonde jouée par Scarlett Johanasson : DeAnna. Si son visage semble candide et avenant, le caractère assez grossier de l'actrice est tout autre. Si d'une part l'on peut s'interroger sur l'intérêt réel de ce personnage (on ne le revoit presque pas après cette scène), il demeure tout de même un bon prétexte pour nous rappeler le succès des films aquatiques à l'époque. D'autre part, le film comporte de nombreux personnages, il n'est donc pas possible de tous les développer équitablement d'où une impression de manque de profondeur sur certains protagonistes.

Le cowboy Hobie Doyle !

Le cowboy Hobie Doyle !

Quand Mannix doit remettre l'argent aux ravisseurs de Baird, il passe dans un plateau où se joue une comédie musicale. Des marins réalisent un superbe numéro de claquettes dans un bistrot et Burt Gurney (Channing Tatum) joue le rôle principal. Sans cesse dans le surjeu, ce personnage aura un rôle crucial par la suite ! Cette scène est un très bel hommage au genre de l'époque, et on est très vite entraîné par la danse des marins. Les plans s'enchaînent justement entre ceux où l'on voit une partie du plateau avec les caméras et les plans qui montrent ce que filme les caméras.
Bien que je ne puisse vous présenter en détails tous les personnages, je terminerai ce paragraphe sur les jumelles farfelues Thora et Thessaly Thacker (Tilda Swinton), deux journalistes de presse à scandales. Rivales et prêtes à tout pour trouver le meilleur scoop au plus vite, elles se mettront en travers de la route de Mannix à plusieurs reprises. Tilda Swinton incarne à merveille ces deux filles délurées avec un style inimitable, on peut d'ailleurs saluer au passage la beauté des costumes du film. Je me demande même si ces jumelles ne seraient pas en fait une seule journaliste qui se dédoublerait pour être sûre d'obtenir des informations ...
Les Coen nous offre ainsi un joli pannel de personnages tous aussi improbables les uns que les autres, presque caricaturaux pour certains, qui dévoilent en partie la superficialité d'Hollywood avec un ton satirique.

Le fameux Eddie Mannix, personnage ayant réellement existé !

Le fameux Eddie Mannix, personnage ayant réellement existé !

Avé César ! possède un côté complètement absurde et déjanté par moment, c'est bien une comédie. Plusieurs scènes sont complètement loufoques voire exagérées notamment la scène avec Burt Gurney sur la barque dans la nuit ou encore quand Whitlock se retrouve face à ses ravisseurs. Et sans oublier, le passage avec la vieille monteuse qui manque de s'étrangler quand son foulard est attrapé par le lecteur des bobines. Par ailleurs on a plusieurs moments du film où les Coen mettent en place une superbe esthétique qui rend hommage au cinéma d'antan. Sans compter les références évidentes à certains films, avec l'exemple le plus remarquable de Hail Cesar qui est un écho au fameux Ben Hur. Si certains parlent également de critique, j'émets quelques réserves sur le sujet. Si le film permet bel et bien de montrer la face cachée d'Hollywood en montrant le comportement pas toujours glorieux de stars, le stress enduré par Mannix pour être dans les délais et l'extension du capitalisme à travers le cinéma, s'agit-il d'une vraie remise en question ou d'un simple effleurement de la surface ? On sent un certain satirisme dans l'approche de plusieurs personnages et dans certaines scènes, notamment celles au restaurant asiatique où Cuddahy vente les mérites de la bombe H à Mannix ; mais cela suffit-il ? Je pense que le film se veut d'être un hommage avant tout et que l'aspect critique n'est que secondaire et couplé à l'humour du film.
On peut avoir une impression brouillon, pour ma part j'ai adhéré au film et à son humour, malgré des doutes sur les intentions réelles des Coen. Un bon moment passé, comme le dit si bien Mannix le cinéma est un divertissement, tant que le spectateur n'oublie pas de réfléchir sur ce qu'on lui présente.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents